• Lucidité Passagère.

    Vendredi soir, je suis allée voir un film Québécois qui vient de sortir.
    En fait, c'est grâce à mon papa qui s'est fait invité et qui m'a invité à la première du film (merci papounet :3)

    Heh. Inutile de vous (et de me) faire languir plus longtemps, je vous présente tout de suite le titre du film, et j'ai nommé:

    Lucidité Passagère

    Bon. Si certains d'entre vous, en lisant ce titre, entendent un son de cloche, c'est sûrement parce que vous avez déjà entendu parler de la pièce de théâtre du même nom (Sinon, il serait préférable pour vous de consulter un spécialiste des oreilles) écrite par Martin Thibaudeau et co-écrite par George Spiridakis.

    Pourtant, ne vous méprenez pas. Même si le film présente les mêmes quatre personnages, avides de savoir où ils vont dans la vie et qu'est-ce qu'ils peuvent faire pour changer leur destin, au lieu de vivre tous dans leur propre univers comme représenté dans la place, leurs chemins s'entremêlent, les personnages se rencontrent.


    Un résumé de ce film? C'est plutôt difficile à faire puisque l'oeuvre parle d'elle-même. Pourtant, je vais tenter de vous le résumer au mieux.

    Quatre jeunes gens.
    Un homme qui travaille dans une compagnie dont il se fiche royalement et qui voudrait trouver sa voie.
    Un homme qui essaye de charmer les filles mais qui y arrive difficilement car il n'arrive pas à être lui-même.

    Un homme, un infirmier, qui essaye de se racheter d'un événement terrible qui s'est produit dans sa vie.

    Une femme qui veut à tout prix trouver quelqu'un qui va l'aimer pour ce qu'elle est, peu importe ces problèmes de santé.
    Quatre jeunes gens qui feront tout leur possible pour changer leur situation. Trouver un équilibre, qui passeront par toute la gamme des émotions possibles et inimaginables. Le bonheur, la peine, la colère, la béatitude...

    Je ne peux rien dire de plus. Ça serait entrer dans les détails.
    Moi qui ne savait pas du tout ce que j'allais voir en me rendant là-bas, j'ai été vraiment surprise. L'histoire est tout simplement gé-ni-ale. J'ai été tellement émue, et touchée.
    Et ne vous méprenez pas. Ce n'est pas un film qui vise un public cible comme certains pourraient le penser. Réfléchissez-y. J'ai 15 ans, les problèmes traités dans le film ne me concernent pas et ne me concerneront peut-être jamais, et j'ai pleuré. Oui, j'ai pleuré. Mais pleuré différemment que dans les autres films que j'ai vu, si quelqu'un qui me connait bien lit cette critique. Normalement, je pleure pour les sujets habituels (Quelqu'un meurt, un arbre tombe, un chien meurt, un chien se perd, un robot perd sa petite amie (bon je crois que vous avez compris)) mais vous aurez compris que ces sujets sont fictifs. J'en pleure simplement parce que mon imagination en est affectée (bon explication un peu boiteuse de ma part). Pourtant, cette fois, comme les sujets étaient réels et que ça pourrait toucher n'importe qui, même quelqu'un de mon âge, dans certains cas. Mais aussi, l'intensité des personnages m'a beaucoup touché.

    Ah je n'en dis pas plus. Si ça vous intéresse, premièrement, allez voir le site:
    http://www.luciditepassagere.com/index.php

    Ensuite, la deuxième étape, c'est d'aller voir le film (loooogique xD)
    Il est sorti dans quelques salles seulement au Québec (c'est à surveiller) et il faut que le maximum de personnes aillent le voir pour qu'il puisse être diffusé à plus grande échelle. Heh. J'ai appris ça vendredi.

    Et finalement, troisième étape, vous pouvez vous envoyer des petits biscuits chinois avec des répliques du films dont voici un exemple:
    Cliquez ici :D

    Voilà...Je suppose que tout a été dit. J'espère que ça va vous donner envie d'aller voir le film. Quant à moi, je songe à aller le revoir ce weekend...Non je ne suis surtout pas devenue accro au cinéma...heheheheh.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :